Malcolm X : le « Diable » de l’antiracisme (Part 1)

le

J’ai lu il y a quelques années cette autobiographie en 2 jours, véritable nourriture de l’esprit.
Merci de nous la refaire vivre!

Mrs. Roots

 

Le climat actuel des milieux militants n’est pas sans effet sur mes choix de lecture. Là où je privilégie habituellement des livres dont on parle peu, où j’évite les best-sellers des auteurs qui m’intéressent, j’ai voulu retourner aux figures historiques. J’ai déjà publié une série de posts ici sur le livre « Why can’t we wait » de Martin Luther King, analysant en quoi ces mythes antiracistes servaient une construction whitewashée (blanchie) pour nourrir une représentation binaire de la lutte antiraciste durant les « Civil Rights ». De la même manière que MLK n’était pas un « non-radical », Malcolm X n’était en rien la figure diabolisée qu’il nous reste aujourd’hui, accolant son nom au mot « violence ».

Et pourtant, cette diabolisation n’est-elle pas similaire pour tout militant qualifié de « radical » ? C’est donc avec ce même soucis de véracité, mais aussi une profonde curiosité pour cet homme entraperçue dans le film éponyme de Spike Lee, que…

Voir l’article original 873 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s